Les grottes sacrées des Hautes Terres de L’Ouest Cameroun
Accueil > Le Blog de l’expédition 2009 > Au ministère de l’agriculture, à Yaoundé

Au ministère de l’agriculture, à Yaoundé

« Ministère de l’Agriculture » Je hèle un taxi.
Après 5 ou 6 qui passent sans s’arrêter, un me prend en charge.
On traverse la ville. Rond-point Nlongkak, embouteillages devant le bâtiment de la sûreté nationale. Des travaux sont en cours pour construire un échangeur et un passage souterrain. Boulevard du 20 mai, quartier des ministères, où les bâtiments sont construits avec une architecture africanisante, aux couleurs ocre rouge, brun, sable.
Le taxi me dépose devant le ministère.
Le Vice-Premier Ministre, en charge de l’Agriculture et du Développement Rural, m’a invité à venir lui présenter mon projet quelques jours plus tôt.

Nous étions samedi, journée de repos. Après quelques rencontres de travail avec des informateurs locaux, je pars voir un ami sur la base nautique de Dschang. Passant devant le futur musée des civilisations, je vois 4 hommes en costumes visiter le chantier. Je demande au moto-taximan qui me conduit de ralentir, et je reconnais l’un d’eux : Jean Nkuete, Vice-Premier Ministre du Cameroun, en visite privée. Je descends, pars à leur rencontre pour discuter avec eux, et l’on parle du projet du musée sur lequel j’avais travaillé. De fil en aiguille, on en arrive à parler de mon expédition d’exploration des grottes du Cameroun. Le ministre est fasciné, on ne discute plus que de ça durant 30 minutes, il veut tout connaître, l’intérêt des grottes, les potentialités, les difficultés. Nous nous sommes quittés après une heure, avec rendez-vous dans son cabinet à Yaoundé 4 jours plus tard.

Dans la guérite, à l’accueil, je réponds au gardien qui m’interroge que je pars voir le ministre. Il se recule et me laisse passer. A l’accueil, je ne m’arrête pas et je prends directement les escaliers. Décidément, on entre comme dans un moulin. Je me dirige vers son secrétariat particulier. Un écriteau à la porte : « pour tout renseignements, s’adresser à l’accueil (en bas) ».
Je me tâte. Bon, j’ai le privilège d’être étranger, et cela excuserait une erreur de protocole.
Je frappe et entre. Derrière un imposant bureau, aux murs lourdement décorés, je reconnais le directeur de cabinet du VPM
« Ah, bonjour Olivier. Tu es venu »
On discute. J’apprends que, bien entendu, le ministre est en rendez-vous avec son conseiller, mais que s’il finit rapidement, je pourrais le rencontrer (la dernière fois que j’étais passé, on avait attendu plus d’une heure dans le salon d’attente).
Bref, je dépose le dossier et discute du projet avec le Dircab, puis de développement rural.
Après 45minutes, je suis habilement invité à prendre congés, et sur une poignée chaleureuse, je continue mon périple à Yaoundé. Je dois revoir le VPM à Dschang quelques jours plus tard, dans un cadre moins formel, on verra la suite.

PS : J’ai pu rencontrer à nouveau le VPM à Dschang au cours d’une réunion qui s’est tenue à Dschang. L’échange a été très encourageant, et je dois lui proposer un projet complet.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0